NOS FERMES MERINOS

DECOUVREZ L'ORIGINE DE NOTRE LAINE

DECOUVREZ L'ORIGINE DE NOTRE LAINE

Depuis 2010, nous nous approvisionnons en laine mérinos auprès de fermes sélectionnées en Tasmanie. Notre relation avec les éleveurs est empreinte d'amitié et de confiance mutuelle. Les animaux, les hommes et leur environnement sont au centre de nos préoccupations. Toutes nos fermes en Tasmanie répondent à nos exigences élevées en matière de qualité et suivent la norme ORTOVOX WOOL PROMISE (OWP) qui est très complète. Découvrez les histoires qui rendent chaque ferme mérinos unique !


ASHBY

UNE FAMILLE AU GRAND CŒUR QUI AIME LES MOUTONS

Dans les Highlands à l'est de la Tasmanie, Will Bennett, sa femme Nina et leurs enfants Alice, Percy et Dougal gèrent la ferme Ashby avec environ 9 000 moutons Mérinos de Yalgoo. C’est la 5e génération de la famille qui cultive 2 800 hectares de terres dans cette région isolée. Will est l'un des pionniers et un moteur de la gestion agricole durable en Australie.

LES CHIFFRES :

  • 43 000 kg de laine sont produits chaque année, dont la moitié est utilisée par ORTOVOX
  • Un mouton produit environ 6 kg de laine par an
  • Depuis 9 ans, les Ashby élèvent leurs moutons Yalgoo, particulièrement robustes.
Play

UNE FERME AGRICOLE MIXTE

La ferme Ashby est une exploitation mixte : outre leurs moutons, les Bennett élèvent aussi quelques bovins et cultivent le pavot et le blé. Les choix conscients de la famille pour le développement de la ferme leur ont valu des prix récompensant leur "gestion durable et écologique de la ferme" et la "culture biologique respectueuse de l'écosystème du bush".

LE BUSCH ORIGINEL

35 % des 2 800 hectares sont du bush originel. Les moutons paissent à loisir dans les vastes prairies. Les Bennett ont renoncé au mulesing depuis de nombreuses années et préfèrent élever des moutons Mérinos Yalgoo, qui ne subissent pas la dangereuse infestation de larves de mouches. Les Yalgoo présentent aussi l’avantage de produire une laine particulièrement fine de 17,5 à 18,5 microns.

L'AVENIR EN PERSPECTIVE

L'engagement des Bennett est aussi une question de tradition familiale. Will et Nina veulent préserver la terre pour leurs trois enfants et la prise de conscience de la fragilité de la nature est particulièrement forte en Australie. Les Bennett ressentent et voient clairement les effets du changement climatique et sont donc fortement engagés en faveur de la durabilité


Ortovox Wool Promise

Notre promesse pour une laine équitable

WILL BENNETT EST UN ÉLEVEUR DE CHOUETTES PAR CONVICTION PROFONDE

Rothamay

Moutons et nature, travail et bienveillance

Gel, neige et températures glacées en hiver, mais presque 40 degrés en été : voici Rothamay à Bothwell, en Tasmanien. Duncan et sa famille s'occupent ici de 11.000 moutons mérinos et 3.500 hectares de terrain. Une vie de labeur que la famille assure avec beaucoup de passion et de sens des réalités.

LES CHIFFRES :

  • La ferme est aujourd'hui exploitée par la cinquième génération de la famille Campbell
  • Quatre chiens s'occupent de maintenir l'ordre parmi les troupeaux à Rothamay
  • 11.000 Mérinos se répartissent sur 3.500 hectares, à deux altitudes différentes
  • Les Mérinos de Rothamay produisent une fibre de laine de 18 à 19 Microns de diamètre

Ils aiment ce qu'ils font

Duncan, sa femme Anita et leurs enfants Will, Mollie et Oscar vivent à Rothamay et pour Rothamay. Ils portent eux mêmes très volontiers des produits en laine mérinos ultra qualitatifs pour avoir bien chaud l'hiver mais aussi parce qu'ils en apprécient le look. Mais il y a beaucoup de travail derrière tout ça pour produire la précieuse matière de façon durable et la mettre à disposition des fournisseurs.

Rothamay appartient à la famille Campbell depuis le début du 20ème siècle : Duncan représente aujourd'hui la cinquième génération. Il se sent le devoir de tout faire pour transmettre la ferme à la prochaine génération dans un état encore meilleur et veille pour cela à l'exploiter de façon durable. 

a large surface de l'exploitation

La particularité de Rothamay est que la large surface de l'exploitation s'étend sur deux parcelles différentes : en été (donc de décembre à avril) les moutons paissent dans un paysage de lacs. Pendant ce temps, les terres situées à une altitude plus basse peuvent respirer alors que les plantes poussent dessus pour l'hiver à venir. Ce système à deux niveaux se reflète aussi dans les différentes formes de paysages :
Alors que la zone de lacs est principalement recouverte de buissons et se couvre de neige en hiver, la "terre basse" est recouverte de pâturages bien verts.

préparée pour l'avenir

Afin que la ferme soit préparée pour l'avenir, Duncan s'est fait un devoir de protéger certaines espèces d'arbustes particulièrement rares et importantes. Il s'assure également ne pas fatiguer outre mesure la terre et de ne pas garder trop de moutons. Il est important lui pour de vérifier régulièrement que tous les animaux ont assez de nourriture et de l'eau et qu'ils ne manquent de rien. 


LEWISHAM

LES MOUTONS ET L'ENVIRONNEMENT EN LIGNE DE MIRE.

Lindsay et Rae Young unissent leurs forces pour s'occuper de leur troupeau de moutons à Lewisham. Rae est une botaniste diplômée et peut donc utiliser ses connaissances scientifiques au profit de la ferme. Lewisham est ainsi devenue une exploitation phare en termes de durabilité.

 

LES CHIFFRES :

  • 6.000 moutons se répartissent sur 1.000 hectares de terres
  • La quantité de pluie définit combien de moutons peuvent être gardés sur l'exploitation
  • Les moutons sont tondus tous les huit mois
  • Un plan spécifique à la propriété définit les aspects prioritaires à prendre en compte pour veiller sur les moutons
 
Play

la famille Young

Lewisham a été achetée par la famille Young en 1946, Lindsay qui l'exploite aujourd'hui avec sa femme l'a développée petit à petit de façon particulièrement durable.

property plan

Lewisham suit un plan spécifique à la propriété qui fait attention à des aspects particulièrement importants de l'élevage des moutons et établit des critères particulièrement élevés en matière de bien être des animaux mais aussi de la terre. La planification détaillée des ressources permet de contrôler avec précision la quantité de nourriture offerte aux animaux. Lindsay et Rae calculent avec précision les besoins de leurs animaux et les nourrissent tous les jours, plutôt que de mettre à leur disposition une plus grande quantité de nourriture. Ainsi, ils peuvent mieux nourrir leurs moutons ce qui se reflète également dans la qualité de la laine. L'approvisionnement en eau de chaque "Paddock" (couplage) est aussi contrôlé par un système d'irrigation, de sorte que les moutons aient toujours suffisamment à boire.

Pour leurs «paddocks» les Youngs se basent sur un système rotation savamment étudié pour laisser à chaque pâturage le temps de se régénérer. Sur les différents pâturages poussent différentes sortes d'herbes et de plantes qui fournissent aux moutons les divers nutriments nécessaires.

sheering-shed

Les moutons sont tondus tous les huit mois, de sorte que la laine ait atteint une certaine longueur. "L'espace de tonte" peut accueillir 1100 moutons. Les moutons y sont tondus dans cinq stations de tonte, les pelages laineux sont jugés sur des tables et triés dans des boîtes. La laine est pressée en balles 200kg- mises dans des sacs en nylon et étiquetées pour être prête au transport.Les Youngs travaillent aussi sur la sélection génétique de leur élevage de moutons pour améliorer la qualité de la laine en termes de finesse. Pour cela, ils achètent régulièrement de nouveaux moutons avec des caractéristiques génétiques analysées précisément. 

Mixed enterprise farm

Un des plus grands défis aujourd'hui est la gestion des ressources en eau. En raison des faibles pluies de ces dernières années qui ont entrainer une réduction du nombre de leurs moutons, Ray et Lindsay doivent passer à une «ferme d'économie mixte" (commune en Tasmanie) : Rae expérimente par exemple depuis plusieurs années la culture de diverses plantes, comme les baies, l'ail et les haricots.

chez soi dans le monde

Lindsay et Ray se sont bien chez eux à la ferme, mais ils ont aussi voyagé à plusieurs reprises de par le monde : grâce à leur excellente organisation, ils parviennent chaque année à prendre quelques semaines pour voyager. Pendant ce temps, ils embauchent quelqu'un pour s'occuper de la ferme en leur absence. Ils peuvent ainsi continuer à explorer le monde - leur dernier grand Voyage était par exemple au Bhoutan.


kenilworth

EXPERTISE DE LA LAINE JUSQU'AUX FIBRES LES PLUS FINES

Kenilworth a une histoire particulière : c'est l'ancienne ferme de la célèbre Eliza Forlonge de Glasgow, qui a importé le premier mouton mérinos depuis la Saxe en Australie puis et en Tasmanie. A pied, elle a conduit un troupeau de moutons jusqu'au port de Hambourg, afin de les expédier jusqu'en Tasmanie. A l'époque, c'était quelque chose de très risqué et très courageux - surtout pour une femme qui voyageait seule.

LES CHIFFRES

  • La laine la plus fine vient de la région de Campbelltown 
  • Kenilworth s'étend sur 1.400 Hectares de terre
  • Le climat sec est favorable à l'élevage des moutons
  • 400 des 7.000 moutons sont sélectionnés pour la reproduction

Les moutons d'Eliza ont servi de base pour le développement de l'industrie de la laine fine en Australie. En 1835, après la mort de son mari, Eliza a fini par vendre la ferme et une partie du troupeau à un certain Dave Taylor.

dave taylor

Aujourd'hui, c'est un jeune Dave Taylor plus jeune qui nous accueille à Kenilworth, il est la sixième génération et dirige aujourd'hui la ferme avec sa famille. Le stress est un mot étranger à la ferme, c'est pourquoi la famille s'y sent aussi bien. Les contacts sociaux sont également beaucoup plus intenses en Tasmanie que sur le «continent» Australien : Tout le monde connaît tout le monde et le climat est beaucoup plus agréable et équilibré. Les enfants grandissent dans un environnement naturel et passent leur temps en plein air.

une laine de qualité optimale

Une journée typique à Kenilworth commence 6-7 heures du matin. Dave va voir les animaux et les pâturages, vérifiant s'il y a assez d'eau et de nourriture disponible - condition nécessaire pour obtenir une laine de qualité optimale. C'est dans la région de Campbelltown qu'est produite une des plus belles laines mérinos au monde.

L'ÉLEVAGE DES MOUTON

Pour l'élevage des moutons, Dave associe les méthodes traditionnelles avec des approches modernes : il utilise ainsi des méthodes d'investigation modernes pour garder les animaux en bonne santé et la production de laine à un niveau élevé.

TONTE

Chaque année, un classement basé sur des paramètres tels que l'épaisseur de la laine (microns) et sa longueur est effectué, de sorte que la reproduction du troupeau soit toujours basée sur le meilleur cheptel reproducteur.

Six semaines par an sont consacrées à la tonte : Un mouton donne environ 6 kg de laine, ainsi Dave produit environ 43.000 kg de laine par an. Environ 50% de sa meilleure laine sont réservés pour ORTOVOX.

LE CAPITAL

Dave est conscient que les animaux et la terre constituent son meilleur capital. Sans cela, il ne pourrait pas être la sixième génération à prendre soin de cette ferme.


beaufront

DES PATRONS EXTRAORDINAIRES Le bien-être animal n'est pas possible sans bien-être humain, Julian et Anabel von Bibra en sont convaincus. Grâce à leur vision, Beaufront est non seulement l'une des plus grandes fermes de Tasmanie, mais surtout l'une des plus respectées. Ce en quoi ils croient : le respect de leurs employés et de leurs moutons. Ce en quoi ils ne croient pas : un système économique basé sur la recherche de la croissance.

LES CHIFFRES :

  • L’exploitation s’étend sur 14 000 hectares
  • 25.000 moutons mérinos vivent à Beaufront

UNE PROFESSIONNELLE DE L’ÉCOLOGIE

Ecologiste et professeur à l'université, Kerry Bridle travaille sur Beaufront deux jours par semaine. Son rôle consiste à optimiser la durabilité dans la gestion de la ferme et à trouver des façons de l'améliorer. Elle mène des études sur les plantes et les insectes, le sol et les troupeaux, teste de nouvelles solutions et propose des mesures pionnières.

L'ÉGALITÉ À TOUS LES NIVEAUX

À la ferme Beaufront, il n'y a pas de titres ni de hiérarchie parmi les employés. La motivation ne doit pas être basée sur les performances réalisées, mais sur l'autodiscipline. Si les gens aiment leur travail, ils le trouvent utile et enrichissant et l'entreprise en profite aussi.

UNE PROFONDE CONVICTION

La grande ferme des von Bibras (et leur remarquable succès) repose sur des bases solides. Parmi les mots d’ordre de leur philosophie : s’y connaitre dans tous les domaines, apprendre de ses erreurs, toujours rester flexible et savoir s’adapter rapidement, Faire confiance à ses employés et les responsabiliser.


bicton

CONVAINCU DE L’INTÉRÊT ÉCONOMIQUE DU BIO Dans les Midlands de Tasmanie, George Gatenby a repris il y a plusieurs années la ferme de son père et l'a entièrement réorganisée. George est un esprit analytique mais aussi critique, qui s’est laissé convaincre par les faits et les résultats obtenus par les pionniers de l'écologie. En attendant, il ne craint pas d’affronter les associations qui cautionnent encore le mulesing.

  • La ferme de 3 000 hectares abrite 9 000 moutons
  • La famille Gatenby vit en Tasmanie depuis 1823
  • George est la 8e génération à diriger la ferme

BÉNÉFICIER DE LA DURABILITÉ

George était en fait banquier avant de reprendre la ferme de Bicton à son père. En tant qu'économiste axé sur les chiffres, il s'est d'abord penché sur les livres de comptes et les exemples d’autres exploitations agricoles. Il s'est rendu compte que la rentabilité était directement liée au bien-être des animaux et au respect de la nature. Il a donc converti la ferme pas à pas.

GLOBALITÉ ET INDÉPENDANCE

Autre chose que George Gatenby apprécie dans son élevage de moutons : pour lui, c'est une entreprise globale sur laquelle il a le contrôle. "L'animal, la laine, la viande : tout est très précieux et dans ce cycle, on est moins dépendant des autres, des marchés comme des entreprises".

LE SOL COMME BASE

Le sol est l'un des thèmes centraux pour le jeune agriculteur. Il concentre donc son attention sur une exploitation durable. Si le sol est aéré, il fournit une base saine et équilibrée pour la croissance naturelle, pour une herbe luxuriante et donc, en fin de compte, pour des troupeaux de moutons robustes et une laine exceptionnelle.


glenelg

LA SIXIÈME GÉNÉRATION

Andrew Downie est arrivé d'Écosse en 1822. Dans la vallée de la Derwent en Tasmanie, on lui a attribué 400 hectares de terres pour commencer un élevage de moutons. Aujourd'hui, Charles Downie est la sixième génération de la famille à diriger la ferme. Bien que la ferme se soit considérablement développée entre-temps, le bâtiment d'origine en grès forme toujours le cœur de Glenelg.

  • Glenelg produit 60 000 kg de laine par an
  • 3 000 hectares de forêt appartiennent à la propriété
  • Depuis 2003, c’est Charles Downie qui dirige la ferme familiale

UNE PRISE DE CONSCIENCE COLLECTIVE

Charles est convaincu que les consommateurs sont de plus en plus conscients que tout est lié et que la durabilité est importante au quotidien : "Les éleveurs de moutons sont de plus en plus reconnus. Les gens apprécient les produits naturels qui ont nettement moins d’impact négatif sur l'environnement que les fibres synthétiques.

DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION

Charles et sa femme Sally ont trois enfants et leur attachement aux traditions suffit à garantir que l’ensemble de la famille gère la ferme avec une approche consciente et respectueuse de la nature. "Chaque génération a pris grand soin de la terre et a essayé de la transmettre dans un état encore meilleur à la génération suivante. Nous voulons bien sûr continuer dans cette voie".

PROTÉGER LA TERRE À LONG TERME

Les terres vallonnées et plutôt arides de la vallée de Derwent constituent un environnement idéal pour les 16 500 moutons mérinos de la ferme. Pour que cela reste le cas, les Downies font tout leur possible pour protéger l'écosystème. "Nous ne sommes pas intéressés par les résultats dans un an, mais par un paysage naturel qui sera toujours aussi sain dans 30, 60 ou 100 ans".


ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER ET RECEVEZ UN BON DE 5 €*!