Aucun favori

Quel sous-sol nécessite quelle méthode ?

En haute montagne aussi, il faut s'attendre à devoir créer des ancrages en fonction du terrain et de la situation, que ce soit un point d’assurage intermédiaire, un relais, pour descendre rappel ou pour la récupération en cas de chute dans une crevasse. Il est important de savoir installer rapidement des points d’ancrage fiables, car votre vie et celle de vos partenaires en dépendent. Le type d’ancrage choisi dépendra en grande partie du sous-sol. Nous vous expliquons étape par étape les différences et bien sûr quel point d’ancrage choisir et comment le mettre en place.

Les bases théoriques sont essentielles, mais les exercices pratiques sont indispensables. On doit donc maitriser la pose de broches à glace et avoir complètement intégré les différentes méthodes par un entrainement sur le terrain.

Video

Ancrages dans le névé

ANCRAGES DANS LE NEVE

Le névé est de la neige qui a résisté à au moins un été (ou une période de fonte). C'est pourquoi on trouve des névé à haute altitude sur des zones glacières ou des champs de neige permanents. En raison des décongélations et recongélations successives, les cristaux initialement fins se transforment en cristaux plus épais et granuleux.
Il existe deux méthodes différentes pour construire un point d’ancrage dans le névé : L'ancrage en T (aussi appelé corps mort) et l’assise dans la neige.

ANCRAGE EN T (CORPS MORT) DANS LA NEIGE

L'ancre en T ou "corps mort" est l'ancrage le plus important et le plus fiable dans le névé. On utilise généralement le piolet, mais on peut aussi se servir des skis ou du sac à dos en cas d'urgence. Si la neige est très molle ou très mouillée, on doit enterrer le sac à dos.

Instructions étape par étape : l'ancrage en T (ou corps mort)

On commence par creuser un emplacement aussi profond que possible à angle droit par rapport à la direction de la charge, d’au moins 30 à 50 cm de profondeur, selon la compacité de la neige.

Moins la neige est dure et compacte, plus l'ancre doit être enterrée profondément.

A angle droit de ce trou, c'est-à-dire dans le sens de la traction, on creuse une deuxième fente qui remonte légèrement, pour passer la sangle.

On attache ensuite une boucle de sangle la plus longue possible avec un nœud de tête d’alouette autour du manche du piolet, au niveau de son centre de gravité. Puis, on enfonce le piolet dans le trou avec la lame vers le bas, en poussant de préférence avec le pied pour l’enfoncer le plus possible. La boucle de sangle est passée par la fente de façon à ce que son extrémité ressorte.

Puis, on remplit le trou de neige et on le piétine en appuyant très fort avec les pieds. On peut maintenant accrocher le mousqueton à verrouillage dans la sangle, pour y assurer son partenaire, s’auto-assurer ou effectuer une récupération en crevasse sur se point d’ancrage.

L’ancrage en T doit être doublé par un deuxième point d’ancrage. Lors d'un sauvetage en crevasse, la précaution minimum est que la personne au point d’ancrage bloque avec son dispositif d’auto-assurage. Lors d’un exercice, un deuxième ancrage en T (corps mort) est vivement recommandé.

La résistance des ancrages en T dépend de la consistance de la neige et peut donc varier fortement. Elle est comprise entre 80 kg dans la neige très molle ou mouillée et 600 kg dans la neige compacte et dense.

vs

ASSISE DANS LA NEIGE

L’assise dans la neige est uniquement destinée à l’assurage intermédiaire sur des passages raides ou pour aider un partenaire à descendre. La force de résistance est faible, car seul le corps sert de contrepoids.

 

Instructions étape par étape : Assise dans la neige

On choisit une zone plus plate, on forme un creux pour ses fesses et on se met en position assise très stable.

On enfonce ensuite les talons dans le névé pour avoir un appui solide et être bien ancré avec ses pieds.

On accroche le mousqueton à verrouillage directement sur son harnais et on assure son partenaire sur le descendeur ou avec un demi-cabestan en gardant la corde bien tendue.

Vous pouvez en en plus effectuer une répartition de la charge avec le piolet : passez une courte sangle autour du manche du piolet avec un nœud de poing d'ancrage et accrochez la sur votre harnais à avec un mousqueton à verrouillage. Le piolet est enfoncé verticalement dans le névé avec la lame perpendiculaire à la pente. Ensuite, asseyez-vous devant le piolet et passez la sangle entre vos jambes. La charge est maintenant répartie entre le piolet et le corps de la personne qui assure.

Video

Ancrages dans la glace

ANCRAGES DANS LA GLACE

Il existe deux méthodes d'ancrage dans la glace : la broche à glace et la lunule (aussi appelée Abalakov). Les deux ont une très bonne résistance, mais une fois encore, la nature de la glace est décisive : la glace doit s’être formée proprement et ne pas avoir de poches d'air. En outre, les deux techniques nécessitent de bien s’être entrainé à la manipulation des broches à glace.

BROCHES A GLACE

Selon l'état de la glace, la broche à glace pourra supporter des charges plus importantes que les points d’ancrage dans la neige. Cela en fait un ancrage idéal qui peut être mis en place relativement rapidement, que ce soit pour un relais, un assurage intermédiaire ou pour une récupération en crevasse.

 

Instructions étape par étape : poser des broches à glace

Tout d'abord, on utilise la panne du piolet pour enlever la neige et la glace friable de mauvaise qualité en surface, jusqu'à atteindre la glace compacte du glacier qui, si possible, ne doit pas avoir de poches d'air.

Ensuite, on met la vis et on la tourne à un angle de 90°. Si la vis mord après 5 à 6 tours, on déplie la manivelle et on visse rapidement jusqu'à ce que la patte repose au contact de la glace et enfin, on replie la manivelle. On peut maintenant y fixer mousqueton, dispositif d'auto-assurage et d’assurage du partenaire ou s’en servir comme point d'ancrage pour un sauvetage.

En vissant, assurez-vous qu'un noyau de glace compact est éjecté du centre de la broche à glace, si rien ne sort, c'est qu’on a vissé la broche dans une cavité d’air.

Pour un relais dans la glace, il est toujours recommandé d'utiliser deux broches à glace comme points d’ancrages, placées l'une au-dessus de l'autre à une distance de 60 à 80 cm.

l’intérieur des broches à glace doit toujours être exempt de neige ou de glace lorsqu'on les utilise. C'est pourquoi on doit toujours retirer la glace qui peut rester à l’intérieur de la broche dès qu’on l’a dévissée.

 

vs

LUNULE DANS LA GLACE

La Lunule (aussi appelée Abalakov) est un point d’ancrage très sûr sur lequel on peut descendre en rappel avec peu de matériel. Cependant, elle est un peu technique à réaliser.

 

Instructions étape par étape : Lunule

Tout d'abord, on visse une longue broche à glace (18-23 cm) dans la glace à un angle oblique d'environ 60°. On retire la broche et la replace dans l'angle opposé. Pour mieux estimer la distance à laquelle faire le deuxième trou, on peut utiliser la broche à glace comme mesure de la longueur. De cette façon, on perce un deuxième trou dont le bout rejoint l'extrémité du premier trou au fond. On crée ainsi un triangle équilatéral.

On passe maintenant une cordelette d'au moins 6 mm de diamètre dans le trou. un "crochet à lunule" aidera à repêcher son extrémité de l'autre coté.

Les deux extrémités sont maintenant nouées ensemble avec un nœud de poing, et on peut y passer mousquetons à verrouillage, auto-assurage, dispositif d’assurage du partenaire ou l'utiliser comme point d’ancrage pour un sauvetage en crevasse.

:La résistance d'une lunule dans la glace dépend de la surface du pont de glace. Il est donc important d'utiliser les broches à glace les plus longues possibles pour le forage et de creuser pour que les deux canaux se rencontrent aussi profond que possible. Pour cela, il faut s’exercer !